Le magnétisme animal découvert

Le magnétisme animal découvert

20 novembre 2015 Non Par admin1538

Peut-être que vous les avez vus dans Living Waters: Des tortues de mer naviguant isolément sur des milliers de miles dans la mer, puis retournant à la plage exacte où elles avaient éclos; des saumon nageant du Canada à mi-chemin vers le Japon, puis retrouvant leur chemin vers la bouche de leur cours d’eau natal.


La seule force globale disponible pour rendre les migrations à longue distance possibles pour les créatures de la mer est le champ magnétique de la Terre – quelque chose que l’homme ne peut détecter. Une boussole peut indiquer à un randonneur le nord, mais elle ne peut pas lui dire l’intensité du champ à un moment donné. Une carte peut dire à son compagnon où il est, mais ne peut lui dire quelle orientation prendre. Ces deux outils sont nécessaires, et les deux sont disponibles pour de nombreux animaux avec du champ magnétique.

Après une longue attente, les investigateurs chinois ont récemment rapporté dans Nature Materials la découverte putative de la base physique du sens magnétique chez les animaux: “Une protéine-boussole magnétique.” Si leurs conclusions sont correctes, la capacité réside dans un complexe en forme de tige de protéines riches en fer à l’intérieur des cellules particulières. Le résumé explique:

Ici, nous rapportons un récepteur magnétique putatif (Drosophila CG8198, nommé ici MagR) et un complexe protéinique de détection magnétique multimérique en forme de tige, identifié par postulation théorique et dépistage de l’ensemble du génome, et validé avec des méthodes cellulaires, biochimiques, structurelles et biophysiques. Le complexe se compose du magnétorécepteur putatif identifié et de cryptochromes photorécepteurs liés à la réception magnétique (Cry), a les attributs tant des Cry- et des systèmes à base de fer, et présente un alignement spontané dans les champs magnétiques, y compris celui de la Terre. Un tel complexe de protéines pourrait former la base de la réception magnétique chez les animaux, et pourrait conduire à des applications dans de multiples domaines.

“C’est un papier extraordinaire,” remarque un biochimiste dans Nature News. Il pourrait mettre fin aux débats de longue date sur la source de ce sens incroyablement précis. David Cyranoski décrit le système comme “une aiguille boussole biologique: un complexe de protéines en forme de tige qui peuvent s’aligner avec le champ magnétique faible de la Terre.” La pièce de Nature News comprend un schéma du récepteur magnétique proposé (Magr), ressemblant à une tige de protéines en forme d’anneau riche en fer entouré de cryptochromes. Les chercheurs chinois ont observé ces tiges s’orienter elles-mêmes vers les champs magnétiques. Le New Scientist nous emmène dans le laboratoire:

Les chercheurs ont ensuite identifié et isolé ce complexe de protéines chez les pigeons et les papillons monarques.

Dans le laboratoire, les protéines se sont alignées en réponse à un champ magnétique. Elles étaient si fortement magnétiques qu’elles volaient et collaient aux outils des chercheurs, qui contenaient du fer. Ainsi, l’équipe dut utiliser des outils personnalisés en plastique.

La solution semble intrigante, mais Cyranoski écrit que d’autres scientifiques restent sceptiques. Les controverses existent depuis des années sur les rôles des cryptochromes v. particules de magnétite. Le New Scientist passe en revue l’histoire du débat:

    Il y avait deux théories concurrentes propos du sens magnétique: certains pensaient qu’il venait de molécules de fer, d’autres pensaient qu’il venait d’une protéine appelée cryptochrome, qui détecte la lumière et a été liée au sens magnétique chez les oiseaux.

    Le groupe de Xie fut le premier à supposer que ces deux faisaient partie du même système, et a maintenant compris comment elles fonctionnent conjointement.

Certains sceptiques ne sont pas convaincus que ces petites quantités de fer dans le MagR peuvent répondre à des champs magnétiques. Certains veulent voir les aimants fonctionnent in vivo. D’autres doutent que les recherches de l’équipe était exemptes de contamination. Au mieux, cela peut représenter “une étape importante vers la mise en évidence de la base moléculaire de la réception magnétique.”

Ce que les articles ne parviennent pas à aborder c’est la vue d’ensemble du stimulus et de la réponse programmée. Une boussole est inutile sans yeux pour la lire et un cerveau pour l’interpréter. Si MagR est une aiguille de boussole, comment l’animal détecte t-il son orientation et répond t-il de façon appropriée? Le mécanisme de réaction doit être capable de discerner non seulement le sens de l’aiguille, mais l’angle d’inclinaison de la ligne de champ en un point donné, ainsi que son intensité. Même avec tout cet équipement, l’animal doit avoir une carte héritée à la naissance pour lui dire où aller. La magnéto-sensation est en réseau avec d’autres sens, comme l’olfaction, la proprioception et les horloges biologiques. Sans doute, des années de travail supplémentaires seront nécessaires pour réunir toutes les pièces.

Il devient immédiatement évident que nous avons ici un exemple étonnant de convergence:

La boussole biologique – dont les protéines constituantes existent sous des formes connexes chez d’autres espèces, y compris les humains – pourrait expliquer une énigme de longue date: comment les animaux tels que les oiseaux et les insectes sentent le magnétisme….

De nombreux organismes – allant des baleines aux papillons, et des termites aux pigeons – utilisent le champ magnétique de la Terre pour naviguer ou s’orienter dans l’espace.

Les animaux connus pour avoir des capacités de réception magnétique vont des vers de terre aux mammifères, des insectes aux poissons, des bactéries aux reptiles. Les vaches ont été observées préférer se tenir dans une direction nord-sud. Même les humains semblent posséder ces complexes protéiques, ce qui suggère que nous pourrions développer la capacité à un certain degré. Certaines personnes n’ont-elles pas un sens plus aigu de l’orientation que d’autres?

Il existe une gamme étonnante de créatures ayant une capacité de détection magnétique qui ne sont pas apparentées selon la théorie darwinienne. Peut-être que c’est la raison pour laquelle aucun des articles n’a essayé d’expliquer comment cette capacité a évolué. Vont-ils dire que toutes ces lignées sont arrivées aux mêmes systèmes de manière indépendante? Ou vont-ils prétendre que les ancêtres bactériens l’ont développée, mais que certaines lignées descendantes perdue? Les deux réponses semblent douteuses.

Le dessein intelligent, d’autre part, prévoit que les organismes seront équipés de systèmes complexes qui peuvent tirer parti de signaux de l’environnement et répondre avec précision. C’est exactement ce que nous observons. Nous voyons un équipement similaire dans nos propres machines de télédétection comme les instruments météorologiques et les engins spatiaux et les conditions, de sorte que nous ne sommes pas surpris de le trouver chez les créatures vivantes.

Source : http://www.evolutionnews.org/2015/11/animal_magnetis101071.html

Voir aussi: http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/actu-un-sixieme-sens-decouvert-au-niveau-moleculaire-36180.php