L’impact négatif de l’hypothèse de l’évolution sur la recherche scientifique

L’impact négatif de l’hypothèse de l’évolution sur la recherche scientifique

2 septembre 2021 0 Par Bible & Science Diffusion

Cet article de Hugh Owen a été publié en italien le 6 novembre 2009 par l’éditeur italien Cantagalli sous le titre “Évolution : le déclin d’une hypothèse”, avec un certain nombre d’autres articles rédigés par des spécialistes des sciences naturelles et des philosophes de sept pays qui ont participé à un symposium sur l’évolution au Conseil national de la recherche à Rome en février 2009.


Le 150e anniversaire de l’Origine des espèces de Charles Darwin offre une bonne occasion d’évaluer l’hypothèse de l’évolution dans une perspective historique. Cet article montrera que l’hypothèse évolutionniste a eu un impact négatif sur la recherche scientifique au cours des cent cinquante dernières années en influençant les spécialistes des sciences naturelles et les chercheurs en médecine à résister ou à rejeter des pistes de recherche fructueuses qui entrent en conflit avec les hypothèses évolutionnistes. Les exemples cités couvrent l’ensemble des 150 ans d’histoire depuis l’Origine des espèces jusqu’à aujourd’hui, et comprennent la recherche scientifique sur les “organes vestigiaux”, la “récapitulation embryonnaire”, l’ “ADN poubelle” et les aliments génétiquement modifiés.

Organes vestigiaux

Bien que les définitions de l’évolution biologique puissent varier superficiellement, l’évolution biologique peut être définie, essentiellement, comme le développement de toutes les formes de vie à partir de la matière non vivante par des processus naturels au cours de milliards d’années [1]. Dans L’Origine des espèces, Charles Darwin a émis l’hypothèse que de petits changements dans les êtres vivants, au fur et à mesure qu’ils s’adaptaient aux conditions environnementales changeantes, pouvaient d’une manière ou d’une autre être transmis à leurs descendants de sorte que, sur de nombreuses générations, les reptiles pouvaient se transformer en oiseaux, les mammifères terrestres en baleines et un primate sous-humain en être humain. Pour étayer son hypothèse, Darwin citait ce qu’il appelait des “organes vestigiaux” chez diverses espèces animales, des organes qui avaient autrefois une fonction utile et adaptative à un stade antérieur de l’évolution, mais qui n’avaient plus cette fonction, qui l’avaient seulement à un degré moindre ou qui avaient acquis une fonction différente. Il écrit :

Un organe servant à deux fins, peut devenir rudimentaire ou complètement avorté pour l’une, même la plus importante, et rester parfaitement efficace pour l’autre… [2]

Dans son ouvrage Descent of Man, Darwin cite plusieurs exemples de tels “organes vestigiaux” chez l’homme, notamment l’appendice, les dents de sagesse, les muscles de l’oreille, l’os de la queue, les poils du corps et le pli semi-lunaire au coin de l’œil. Darwin soutenait que l’appendice était vestigial parce qu’il était petit par rapport au cæcum des singes, un fait que Darwin considérait comme la preuve qu’au cours de l’évolution de l’homme, son besoin de cæcum avait diminué à mesure que son régime alimentaire avait changé, de sorte que le cæcum et l’appendice (ou appendice cæcal) étaient devenus plus petits chez l’homme par “désuétude” [3]. Les disciples de Darwin ont poursuivi le même raisonnement et ont identifié divers organes, glandes et autres caractéristiques du corps humain qui semblaient avoir perdu ou diminué leur fonction au cours de l’évolution humaine. Robert Wiedersheim, l’un des plus grands anatomistes de son temps et disciple de Darwin, a identifié de nombreux organes vestigiaux dans le corps humain, dont l’appendice. Le témoignage de Wiedersheim a joué un rôle dans le célèbre “Procès du singe” (ou Procès Scopes ; Scopes Monkey Trial, en anglais) à Dayton, Tennessee, lorsqu’un zoologiste de l’université de Chicago, le professeur Horatio Hackett Newman, a présenté un témoignage d’expert à l’effet que :

Il existe, selon Wiedersheim, pas moins de 180 structures vestigiales [sic] dans le corps humain, suffisantes pour faire d’un homme un véritable musée ambulant d’antiquités. Parmi celles-ci, on trouve l’appendice vermiforme. Ces structures, ainsi que de nombreuses autres du même type, peuvent être raisonnablement interprétées comme la preuve que l’homme descend d’ancêtres chez qui ces organes étaient fonctionnels [4].

L’acceptation de l’hypothèse évolutionniste par la plupart des biologistes et des chercheurs en médecine a fait que la fonction réelle de l’appendice chez l’homme est restée obscure pendant plus d’un siècle après l’Origine des espèces. Selon une introduction à la biologie publiée en 1950 :

La science a accumulé encore d’autres preuves à l’appui de sa thèse. Elle a trouvé un certain nombre d’organes inutiles chez de nombreux animaux. Ils n’ont aucune fonction apparente et doivent donc être le vestige d’une partie du corps autrefois utile. Il y a longtemps, ces organes vestigiaux devaient être importants ; aujourd’hui, ils ne sont que des rappels de nos ancêtres communs. Un exemple est l’appendice vermiforme qui non seulement est totalement inutile chez l’homme, mais qui provoque souvent une grande détresse [5].

Pour comprendre la nature antiscientifique de l’approche darwinienne de la compréhension de la fonction de l’appendice chez l’homme, il est utile de commencer par un regard sur la position de l’appendice dans le corps humain. Selon le livre Grey’s Anatomy :

le cæcum (intestinum cæcum)… le début du gros intestin, est la grande poche aveugle située sous la valve colique. Son extrémité aveugle est dirigée vers le bas, et son extrémité ouverte vers le haut, communiquant directement avec le côlon, dont cette poche aveugle semble être le début ou la tête, d’où l’ancien nom de caput cæcum coli qui lui a été appliqué… L’appendice (processus vermiformis)… est un tube long, étroit, en forme de ver, qui part de ce qui était à l’origine l’apex du cæcum [6].

Il ressort clairement de cette description que l’appendice se situe entre l’iléon presque stérile, à l’extrémité de l’intestin grêle, et le cæcum, à l’entrée du gros intestin. Constatant que les singes n’avaient pas d’appendice, mais possédaient un cæcum développé pour la digestion des matières végétales, Darwin pensait que l’appendice de l’homme était un appendice du cæcum et que l’ensemble de l’unité avait dégénéré par désuétude au cours de l’évolution de l’homme à partir d’un ancêtre herbivore. De cette façon, Darwin a fondé son évaluation de l’appendice sur une interprétation évolutionniste, puis a utilisé l’appendice comme “preuve” de l’évolution – un exemple classique de raisonnement circulaire !

L’interprétation évolutionniste de l’appendice a découragé les chercheurs d’envisager que la fonction de l’appendice chez l’homme puisse être distincte de celle du cæcum. Cela s’est avéré être le cas. Dans les années 1960, des preuves expérimentales ont démontré que l’appendice sert en fait de centre pour les cellules productrices d’anticorps. En 1976, les connaissances expérimentales sur l’appendice ont évolué au point qu’un manuel médical sur la gastro-entérologie a noté ce qui suit :

On n’attribue généralement pas à l’appendice  une fonction importante ; cependant, les preuves actuelles tendent à l’impliquer dans le mécanisme immunologique [7].

D’autres recherches ont démontré que l’appendice fait partie du système du tissu lymphoïde associé à l’intestin (Gut Associated Lymphoid Tissue ou G.A.L.T.) qui produit plusieurs types d’anticorps : les immunoglobulines IgA, qui aident à protéger la circulation sanguine contre les infections provenant du contenu de l’intestin, et les immunoglobulines IgM et IgG, qui combattent les infections dans la circulation sanguine. En 1995, un manuel d’anatomie et de physiologie affirmait catégoriquement que :

La muqueuse et la sous-muqueuse de l’appendice sont dominées par des nodules lymphoïdes, et sa fonction principale est celle d’un organe du système lymphatique [8].

Il est maintenant reconnu que les nodules lymphoïdes apparaissent dans l’appendice environ deux semaines après la naissance, ce qui coïncide avec la colonisation de l’intestin par les bactéries. L’appendice peut être retiré en toute sécurité plus tard dans la vie parce qu’il joue son rôle le plus important dans le développement de l’organisme immédiatement après la naissance et parce qu’il n’est qu’une partie du système du tissu lymphatique associé à l’intestin.

Malgré les preuves accablantes de la fonctionnalité de l’appendice, cent cinquante ans ans après l’Origine des espèces, le point de vue peu reluisant de Darwin sur l’appendice continue d’être soutenu par des sources d’information respectées. Par exemple, en cette année Darwin, un visiteur de la “Science and Nature Home Page” de la British Broadcasting Corporation peut encore lire la description suivante de l’appendice :

L’appendice n’a aucune fonction connue chez l’homme. Des preuves suggèrent que nos ancêtres évolutifs utilisaient leurs appendices pour digérer des aliments coriaces comme l’écorce des arbres, mais nous n’utilisons pas les nôtres pour la digestion aujourd’hui. Certains scientifiques pensent que l’appendice va disparaître du corps humain [9].

L’extraordinaire ignorance de cette déclaration montre à quel point la foi en l’hypothèse évolutionniste continue d’influencer les responsables dans le domaine de l’information publique, même lorsque les faits contredisent leurs présupposés évolutionnistes. Mais cette déclaration reflète également la mesure dans laquelle la sagesse conventionnelle rejette la responsabilité des maladies de l’appendice sur la nature “vestigiale” et défectueuse de l’organe lui-même, sans même envisager la possibilité que ces maladies puissent être symptomatiques de troubles plus profonds.

En menant une étude approfondie des sociétés non modernisées du monde entier, le Dr Weston Price a découvert que l’appendicite était pratiquement inexistante chez ceux qui conservaient leur régime alimentaire et leur mode de vie traditionnels. Le témoignage du Dr Romig, qui a vécu parmi les Esquimaux non modernisés d’Alaska, est caractéristique :

Au cours de ses trente-six années de contact avec ce peuple, il n’a jamais vu un cas de maladie maligne chez les Esquimaux et les Indiens vraiment primitifs, bien que cela se produise fréquemment lorsqu’ils se modernisent. De même, il a constaté que les problèmes chirurgicaux aigus nécessitant une opération des organes internes, tels que la vésicule biliaire, le rein, l’estomac et l’appendice, n’ont pas tendance à se produire chez les primitifs, mais sont des problèmes très courants chez les Esquimaux et les Indiens modernisés [10].

Dans le numéro de décembre 2005 du British Journal of Surgery, dans un article intitulé “The Aetiology of Appendicitis”, Dennis P. Burkitt, du Medical Research Council, affirme que “des preuves étendues de la distribution géographique de l’appendicite et de son augmentation de la prévalence dans les pays économiquement développés au début de ce siècle suggèrent que le passage d’un régime à haute teneur en résidus à un régime à faible teneur en résidus est largement responsable de cette maladie [11].”
En imputant les maladies de l’appendice à l’état défectueux d’un organe vestigial, Darwin et ses disciples ont jusqu’à présent contribué à décourager les chercheurs de suivre l’approche traditionnelle des sciences naturelles occidentales et de la recherche médicale initiée par Hippocrate et les Grecs anciens, qui recherchaient les causes des maladies humaines dans le régime alimentaire défectueux, les habitudes ou l’environnement de leurs patients plutôt que dans un quelconque défaut intrinsèque du corps ou de ses parties constitutives. En attribuant les maladies d’un appendice vestigial à la dégénérescence évolutive, des générations de scientifiques ont perdu leur motivation à se demander pourquoi ces maladies n’existaient pas dans les sociétés non industrialisées et à chercher à les prévenir par des changements constructifs dans le régime alimentaire et le mode de vie plutôt que par le traitement des symptômes de la maladie par l’ablation chirurgicale.

La tragédie de l’amygdalectomie à l’échelle industrielle

La confiance dans la véracité de l’hypothèse évolutionniste a empêché, au cours des progrès scientifiques, de comprendre pratiquement tous les organes vestigiaux présumés de Darwin. Il faudrait un gros livre pour les documenter tous, mais un autre exemple sera cité ici comme preuve que l’hypothèse évolutionniste a conduit à des diagnostics qui sont non seulement faux, mais dangereux pour la santé humaine.
L’une des opérations chirurgicales les plus courantes au monde est l’amygdalectomie, avec au moins 400 000 interventions par an rien qu’aux États-Unis [12]. Pendant la majeure partie des cent cinquante dernières années, depuis la publication de L‘Origine des espèces, l’adhésion à l’hypothèse évolutionniste a conduit la plupart des scientifiques et des experts médicaux à considérer les amygdales comme des organes “vestigiaux” n’ayant qu’un faible degré de fonctionnalité, voire aucune.

Les deux principales indications de l’amygdalectomie ont toujours été l’infection chronique des amygdales et l’obstruction des voies respiratoires. Des amygdalectomies ont été pratiquées depuis l’Antiquité pour l’une ou l’autre de ces affections, mais jamais à l’échelle introduite au XXe siècle avec l’avènement de l’anesthésie générale pour les opérations chirurgicales. La croyance répandue selon laquelle les amygdales étaient des vestiges d’un stade antérieur de l’évolution, associée aux moyens techniques permettant de les enlever sans douleur, a conduit à une explosion du nombre d’amygdalectomies. Dans les années 1930, on en pratiquait entre un et deux millions par an, rien qu’aux États-Unis.

La plupart des médecins et des chirurgiens se sont comportés de manière admirable durant cette période, accomplissant leurs tâches spécialisées avec une grande compétence, mais ne remettant pas en cause le consensus académique en faveur de la doctrine évolutionniste des organes vestigiaux. Dans les années 40 et 50, cependant, le public américain a pris connaissance de preuves que les amygdales pouvaient effectivement avoir une fonction importante dans le corps humain. En 1954, un article du magazine Time rapporte ce qui suit :

Les médecins sont à peu près d’accord sur le fait qu’il n’est pas sage d’enlever les amygdales ou les adénoïdes lorsque la polio sévit : dans le mois ou les deux mois qui suivent une telle opération, une invasion par le virus de la polio est plus susceptible d’entraîner la forme bulbaire de la maladie, souvent fatale. La semaine dernière, l’A.M.A. Journal a attiré l’attention des médecins de famille américains sur les preuves croissantes que les victimes de la polio qui ont perdu leurs amygdales, leurs adénoïdes, ou les deux, à n’importe quel moment de leur vie, sont plus susceptibles de subir des attaques bulbaires et bulbo-spinales.
Le Journal a concédé que le cas n’est pas encore prouvé. (D’une part, les médecins ne peuvent que deviner une explication possible, à savoir que les amygdales et les adénoïdes font partie d’un mécanisme de défense contre le virus envahissant). Mais, ont conclu les rédacteurs, les preuves sont suffisantes pour que les chirurgiens s’arrêtent une fois de plus avant de couper les amygdales et se demandent : “Cette opération est-elle vraiment nécessaire ?” [13]

On peut se demander combien d’enfants qui ont succombé au virus de la polio auraient pu survivre si leurs amygdales n’avaient pas été enlevées, les rendant ainsi sans défense contre l’infection. Cependant, la preuve que les amygdales jouaient un rôle important dans la réponse du système immunitaire au virus n’a pas entraîné une réduction immédiate du nombre d’amygdalectomies. En 1959, il y en avait 1,4 million aux États-Unis [14]. Cependant, à mesure que les connaissances sur le rôle des amygdales dans le système immunitaire augmentaient, le nombre d’amygdalectomies a diminué progressivement. En 1975, un ouvrage de vulgarisation intitulé Your Body and How it Works affirmait que :

… l’amygdalectomie est la pièce de chirurgie la plus fréquemment pratiquée. Les médecins pensaient autrefois que les amygdales n’étaient que des restes d’évolution inutiles et les enlevaient en pensant que cela ne pouvait pas faire de mal. Aujourd’hui, il existe de nombreuses preuves de ce que les troubles des voies respiratoires supérieures sont plus nombreux après l’ablation des amygdales qu’avant, et les médecins s’accordent généralement à dire que la simple hypertrophie des amygdales n’est guère indiqué en chirurgie [souligné dans l’original] [15].

Les troubles supplémentaires des voies respiratoires supérieures ne sont pas les seuls effets négatifs de l’amygdalectomie à l’échelle industrielle. La littérature médicale indique un taux de mortalité pour l’amygdalectomie de 1 sur 1500, généralement à la suite de complications causées par l’anesthésie générale ou d’autres facteurs non directement liés aux amygdales [16]. Des études récentes sur les complications de l’amygdalectomie indiquent un taux de complications non mortelles de 2 à 5 % [17]. [En se basant sur une estimation prudente de 1 000 000 d’amygdalectomies par an et en utilisant un taux contemporain de 1 décès pour 1 500 amygdalectomies, il est raisonnable d’estimer qu’au cours des années 1930, 1940 et 1950, au moins 666 patients sont décédés chaque année aux États-Unis seulement et que 2 000 à 5 000 autres ont connu des complications suffisamment graves pour nécessiter une hospitalisation, à la suite d’une amygdalectomie. Cela représente 20 000 décès et 60 000 à 150 000 hospitalisations entre 1930 et 1960, rien qu’aux États-Unis. Il est impossible de calculer exactement le nombre de ces incidents résultant d’une amygdalectomie inutile, mais le fait que le nombre annuel d’amygdalectomies ait chuté de plus de 50 % depuis 1960 suggère qu’au moins la moitié des décès et des hospitalisations survenus à l’apogée de l’amygdalectomie étaient inutiles. Si ne serait-ce que la moitié des amygdalectomies pratiquées au XXe siècle étaient inutiles, le coût global de la considération des amygdales comme des organes vestigiaux s’élève à pas moins de dizaines de milliers de décès inutiles et à des centaines de milliers de complications chirurgicales totalement évitables.

Entre-temps, malgré les prédictions des adeptes de l’hypothèse évolutionniste selon lesquelles les amygdales deviendraient plus “vestigiales” et non fonctionnelles avec le temps, la médecine moderne a fini par reconnaître le rôle vital des amygdales dans le système immunitaire.

Aujourd’hui, aucun expert médical ne remet en question la fonctionnalité des amygdales, et tous sont d’accord avec l’explication proposée par le Dr Amelia Drake de la Caroline du Nord :

Les amygdales sont constituées de trois masses de tissus : l’amygdale linguale, l’amygdale pharyngée (adénoïde) et l’amygdale palatine ou fasciale. Les amygdales sont un tissu lymphoïde recouvert d’un épithélium respiratoire, invaginé et à l’origine de cryptes.
En plus de produire des lymphocytes, les amygdales sont actives dans la synthèse des immunoglobulines. Parce qu’elles constituent les premiers agrégats lymphoïdes des voies aérodigestives, on pense que les amygdales jouent un rôle dans l’immunité. Bien que les amygdales saines offrent une protection immunitaire, les amygdales malades sont moins efficaces pour remplir leurs fonctions immunitaires [18].

Tout au long du XXe siècle, la raison principale de la plupart des dizaines de millions d’amygdalectomies était l’infection chronique des amygdales. Mais une étude récente publiée dans le British Medical Journal a révélé que l’ablation des amygdales “ne présente aucun avantage clinique majeur par rapport à l’attente vigilante chez les enfants présentant des symptômes légers d’infection de la gorge ou des amygdales et des adénoïdes hypertrophiées”. Dans l’étude :

Une équipe de chercheurs a suivi l’évolution de 300 enfants âgés de deux à huit ans, qui souffraient tous d’infections légères et récurrentes de la gorge ou d’une hypertrophie des amygdales et des adénoïdes.
La moitié des enfants ont été opérés, tandis que les autres ont été soumis à une “attente vigilante”. Tous ont été suivis pendant deux ans.
Les chercheurs néerlandais ont constaté que pendant les six premiers mois, les enfants opérés semblaient souffrir de moins d’épisodes de fièvre, d’infections de la gorge et des voies respiratoires supérieures. Toutefois, de six à 24 mois, aucune différence n’a été constatée entre les deux groupes.
Ils ont conclu que l’ablation des amygdales et des adénoïdes “ne présente pas d’avantages cliniques majeurs par rapport à l’attente vigilante chez les enfants présentant des symptômes légers d’infection de la gorge ou d’hypertrophie des amygdales et des adénoïdes [19].”

Il est maintenant possible de conclure que parmi les dizaines de milliers de patients qui sont décédés (ainsi que les centaines de milliers qui ont souffert de complications nécessitant une hospitalisation) à la suite d’une amygdalectomie, un grand pourcentage – presque certainement la grande majorité – n’aurait jamais dû subir l’opération ! Mais la présomption évolutionniste selon laquelle les amygdales se sont développées par des processus naturels aléatoires et n’ont aucune utilité dans le corps humain était également dangereuse pour une autre raison. Elle détournait l’attention des facteurs physiologiques et environnementaux responsables du gonflement des amygdales (qui entraînaient à leur tour des infections chroniques ou l’obstruction des voies respiratoires) et rejetait la responsabilité de ces affections sur un défaut supposé des amygdales “vestigiales” elles-mêmes. De cette façon, l’adhésion à l’hypothèse évolutionniste a rendu les chercheurs aveugles aux problèmes de santé plus profonds à l’origine des maladies amygdaliennes.

Maintenant que le rôle des amygdales dans la lutte contre les infections est mieux compris, la principale raison des centaines de milliers d’amygdalectomies pratiquées chaque année est l’obstruction des voies respiratoires. Cependant, l’adhésion à l’hypothèse de l’évolution a empêché les chercheurs médicaux d’explorer la possibilité que le gonflement des amygdales par rapport au passage de l’air puisse être lié à des problèmes de régime alimentaire, d’environnement et de mode de vie entraînant le sous-développement des structures osseuses qui abritent les amygdales plutôt qu’à un quelconque dysfonctionnement des amygdales elles-mêmes. Le Dr Raymond Silkman, orthodontiste, note que :

les tissus mous du corps atteignent leur taille génétique, même si les structures osseuses ne le font pas. La peau, la langue, les amygdales et les tissus nasaux se développent pour atteindre leur taille génétique, mais lorsque la nutrition fait défaut, les structures osseuses sont compromises. Ainsi, le visage aura un excès de peau et de musculature, la langue et les amygdales seront trop grandes pour la bouche… [20].

Si le Dr Silkman a raison, les centaines de milliers d’amygdalectomies pratiquées chaque année en raison de l’obstruction des voies respiratoires continueront à traiter le symptôme – des amygdales relativement volumineuses – au lieu de la cause (pollution environnementale, manque d’exercice et malnutrition) en supprimant une partie du système immunitaire déjà affaibli des patients ! L’abandon de l’hypothèse évolutionniste permettra aux chercheurs d’écarter la notion d’organes vestigiaux et de rechercher les causes de la maladie dans des facteurs alimentaires, génétiques, physiologiques, psychologiques ou environnementaux plutôt que dans un défaut intrinsèque supposé du corps humain dans son ensemble ou dans l’une de ses parties.

La récapitulation embryonnaire : dévalorisation de l’embryon humain

Comme nous l’avons vu plus haut, la foi en la véracité de l’hypothèse évolutionniste a conduit à plusieurs reprises des scientifiques et des chercheurs en médecine à croire que les organes du corps humain qui n’ont aucune fonction apparente sont “vestigiaux” et jetables. L’ampleur du danger inhérent à cette hypothèse non prouvée et non fondée est apparue peu après la publication de L’Origine des espèces, avec la popularisation du concept de récapitulation embryonnaire par le disciple de Darwin, le médecin et professeur d’anatomie allemand Ernst Haeckel (1834-1919).

Darwin avait soutenu que les similitudes de structure entre diverses formes de vie indiquaient qu’elles avaient toutes évolué à partir d’un ancêtre commun. Selon Haeckel, l’existence de similitudes dans les embryons de divers types d’organismes prouvait que les formes de vie supérieures “récapitulaient” leur histoire évolutive avant la naissance et qu’elles descendaient toutes d’un ancêtre commun. Pour rendre cette “preuve” plus convaincante pour ses contemporains, Haeckel a trafiqué les dessins des embryons de poissons, de salamandres, de poulets, de tortues, de lapins, de porcs et d’êtres humains afin d’exagérer leurs similitudes et de minimiser leurs différences [21]. Bien que la fraude de Haeckel ait été découverte et exposée de son vivant, l’hypothèse évolutionniste exigeant une descendance commune et le concept de récapitulation embryonnaire ont continué à exercer une profonde influence sur l’étude de l’embryologie pendant de nombreuses décennies.

Selon Jane Oppenheimer, dans son ouvrage Essais sur l’histoire de l’embryologie et de la biologie, l’influence de Haeckel sur l’embryologie a été considérable, “a agi comme une force retardatrice plutôt qu’activatrice ; et … a été étouffante pour le progrès immédiat [22]”. L’une des figures de proue de l’étude de l’embryologie au XXe siècle, Gavin R. de Beer, a écrit que “la théorie de la récapitulation de Haeckel … a contrecarré et retardé l’introduction des méthodes d’analyse causale dans l’embryologie” , car “si la phylogénie était la cause mécanique de l’ontogénie, comme le proclamait Haeckel, cela n’incitait guère à rechercher d’autres causes [23]” . L’observation de De Beer impliquait que l’influence de Haeckel avait pris fin dans les années 1950, mais c’était loin d’être le cas.

Aujourd’hui encore, les manuels de biologie du monde entier affirment que les similitudes entre les embryons de poissons, d’amphibiens, de reptiles, d’humains et de mammifères inférieurs constituent des preuves de l’hypothèse de l’évolution. Parmi les exemples trop nombreux pour être cités, citons la légende qui accompagne les dessins d’embryons de diverses formes de vie d’un manuel de biologie américain très répandu, publié en 2002. On y lit ce qui suit dans ce manuel intitulé “Développement embryonnaire des vertébrés” :

Les premiers stades embryonnaires de ces vertébrés présentent une ressemblance frappante entre eux, même si les individus appartiennent à des classes différentes (poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères). Tous les vertébrés commencent par avoir une tête élargie, des fentes branchiales et une queue, que ces caractéristiques soient ou non conservées à l’âge adulte [24].

Bien que les dessins déformés de Haeckel n’accompagnent pas cette légende, l’affirmation donne faussement l’impression que les embryons humains – en tant que membres de l’embranchement des vertébrés – possèdent des fentes branchiales. Or, c’est manifestement faux. Les arcs pharyngiens des embryons humains n’ont aucun lien avec les fentes branchiales, mais se développent pour former l’oreille externe et l’oreille moyenne, les os du cou, les muscles, les nerfs et les glandes. En outre, après la découverte de l’ADN, la confiance dans la véracité de l’hypothèse évolutionniste a conduit de nombreux biologistes évolutionnistes à prédire que des parties du corps similaires dans divers organismes seraient contrôlées par les mêmes gènes. Cela s’est toutefois révélé faux, car les embryologistes ont découvert que la réalisation d’un même plan corporel – comme des extrémités à cinq doigts – dans divers organismes (comme les baleines et les humains) est contrôlée par des gènes différents et se fait par des voies embryonnaires totalement différentes [25].

En effet, l’idée de la récapitulation embryonnaire n’a pas seulement conduit les chercheurs sur l’embryon à emprunter de mauvaises voies, elle a également conduit à une dévalorisation de l’embryon humain similaire à la dévalorisation des amygdales ou de l’appendice, telle que documentée ci-dessus. Dans ce cas, cependant, les conséquences de la dévalorisation étaient bien plus graves puisque ce qui était dévalorisé n’était plus un organe du corps humain, mais le corps humain lui-même ! Dans le monde entier, les partisans de l’avortement ont utilisé la prétendue similitude entre les embryons humains et ceux des animaux inférieurs pour banaliser l’avortement dans les premiers stades de la grossesse. Par exemple, en Allemagne, les militants pro-avortement :

ont habilement exploité la désunion des intellectuels catholiques allemands pour porter leurs demandes de légalisation de l’avortement devant le corps législatif. … Karl Rahner, qui était en première ligne de la lutte pour [l’assouplissement du] paragraphe 218, a écrit dans Naturwissenschaft und Theologie (brochure 11, page 86, 1970) : “Je pense qu’il existe des développements biologiques qui sont pré-humains, mais ces développements sont toujours orientés vers l’homme. Pourquoi ces développements ne peuvent-ils pas être transférés de la phylogénie à l’ontogénie ?” (C’est nous qui soulignons en gras.) [26]

Avec ces mots, le théologien le plus influent du monde germanophone a formulé un raisonnement évolutionniste haeckélien pour la contraception abortive et l’avortement, longtemps après que Gavin de Beer a prétendu que l’influence de Haeckel avait disparu. En réalité, en cette “année Darwin”, le message implicite de la plupart des manuels de biologie des lycées est toujours clair : les embryons humains passent par un stade de “fente branchiale” . Ce sont des “développements en direction de l’homme” , pour reprendre l’expression du Père Rahner. Par conséquent, accorder à l’embryon humain la dignité d’un être humain dès la conception est une absurdité biologique.

En réalité, bien sûr, le développement de l’embryon humain est tout à fait distinct de celui des autres vertébrés représentés dans les dessins de Haeckel, et il n’existe aucune preuve empirique permettant d’affirmer qu’il (ou elle) passe par un stade qui n’est pas pleinement humain, au sens biologique du terme.

Poubelle ou trésor : l’hypothèse de l’évolution et l'”ADN poubelle”.

Si la foi en l’hypothèse évolutionniste a causé un immense préjudice à des millions de victimes d’amygdalectomies inutiles et a manifestement contribué à l’acceptation de l’avortement et de la contraception abortive, cette même foi évolutionniste a contribué à une menace tout aussi grave pour le progrès scientifique et la santé publique dans le domaine de la biologie moléculaire. Il peut être démontré que la foi dans l’hypothèse évolutionniste a retardé la reconnaissance du caractère fonctionnel de ce qu’on appelle l’ “ADN poubelle” (ou ADN non codant) et a donc retardé la découverte – et, au moins dans certains cas, la guérison – de nombreux troubles génétiques.

L’origine de l’expression “ADN poubelle” remonte à un article rédigé par le Dr Susumnu Ohno en 1970, dans lequel il émettait l’hypothèse selon laquelle, de même que les fossiles d’espèces disparues jonchent les archives géologiques, l’ADN qui a perdu sa fonction jonche le génome humain [27]. Bien que certains scientifiques aient fait valoir que l’ADN n’aurait pas été conservé pendant les millions d’années d’évolution présumées s’il n’avait aucune fonction, l’expression “ADN poubelle” a commencé à être largement utilisée pour décrire la majeure partie du matériel génétique humain qui ne code pas pour les protéines.

En 1976, le biologiste évolutionniste Richard Dawkins a publié un livre influent, Le gène égoïste, dans lequel il affirme que les morceaux d’ADN sont des “réplicateurs égoïstes” . En ce qui concerne les énormes quantités d’ADN qui semblent n’avoir aucune fonction dans le génome, il écrit :

Les biologistes se creusent la tête pour tenter de trouver quelles tâches utiles accomplit cet ADN apparemment excédentaire dans le génome. Mais du point de vue des gènes égoïstes eux-mêmes, il n’y a pas de paradoxe. Le véritable “but” de l’ADN est de survivre, ni plus ni moins. La façon la plus simple d’expliquer le surplus d’ADN est de supposer qu’il s’agit d’un parasite, ou au mieux d’un passager inoffensif, mais inutile, qui fait du stop dans les machines de survie créées par d’autres ADN… [28]

En 1980, deux articles clés parus dans Nature ont combiné le concept d’ “ADN poubelle” avec le concept de “gène égoïste” de Dawkins [29]. Tout au long des années 1980, la plupart des biologistes ont soutenu que les génomes étaient gonflés et encombrés d’un excès de séquences non fonctionnelles (non codantes) qui avaient été générées par une réplication “égoïste” . En conséquence, certains se sont interrogés sur la nécessité de séquencer ou d’étudier les sections dites non codantes du génome humain – dont on pensait alors qu’elles représentaient environ 97 % de l’ADN total. Lorsque Robert Sinsheimer, Rene Dulbecco et Charles DeLisi ont proposé un projet de séquençage de l’ensemble du génome humain (connu par la suite sous le nom de Projet Génome Humain), de nombreux biologistes moléculaires se sont opposés à cette idée au motif qu’une si grande quantité d’ “ADN poubelle” serait séquencée.

L’idée de Sinsheimer, Dulbecco et DeLisi a trouvé des partisans parmi un certain nombre d’éminents biologistes moléculaires et généticiens, comme Walter Bodmer, Walter Gilbert, Leroy Hood, Victor McKusick et James D. Watson. Cependant, de nombreux biologistes moléculaires ont exprimé des doutes. En particulier en 1986 et 1987, on s’inquiétait de la nature routinière du séquençage et de la quantité d’ “ADN poubelle” qui serait séquencée, du fait que les dépenses et l’approche de la grande science draineraient les ressources de projets plus petits et plus valables, et que la connaissance de la séquence des gènes était inadéquate pour permettre de connaître la fonction des gènes [30].

Le projet du génome humain a officiellement débuté en 1990, et les données qu’il a mises au jour se sont révélées assez surprenantes. D’une part, on a découvert beaucoup moins de “gènes” que prévu. D’autre part, on a constaté que le complément génétique humain était étonnamment similaire à celui d’autres organismes, comme la mouche. Avec la publication des ébauches des génomes du chimpanzé, du rat, du chien, de l’opossum et d’autres organismes, il est également devenu évident que les scripts d’ADN diffèrent principalement dans les régions dites non codantes. Puis en 2007, avec la mise à disposition des résultats du projet ENCODE, il est enfin apparu clairement que les facteurs les plus importants dans le fonctionnement du génome résident dans l’ADN non codant pour les protéines.

Ces résultats contredisaient ce que l’on appelait le “dogme central” de la génétique, à savoir que l’ADN produit de l’ARN, qui produit des protéines, lesquelles constituent l’essentiel de la vie organique. Dans la structure en double hélice de la molécule d’ADN, les bases chimiques adénosine, thymine, guanosine et cytosine peuvent coder pour une protéine, un ARN ou un site de liaison particulier pour un facteur chromatinien. Dans le premier cas, un complexe multi-enzyme copie la séquence de lettres chimiques d’un brin d’ADN dans un brin d’ARN et les parties non codantes de la copie d’ARN sont coupées avant que les parties codantes ne soient épissées ensemble pour former un “ARN messager” . Après que l’ARNm a quitté le noyau de la cellule, des machines moléculaires complexes produisent des chaînes d’acides aminés conformément aux instructions de l’ARN messager et ces chaînes se plient suivant un modèle tridimensionnel précis pour former les plus de 100 000 protéines qui composent le corps humain.

La découverte que 98 % du génome humain ne codaient pas pour une protéine a poussé les scientifiques à examiner de plus près l’ “ADN poubelle” (ou ADN non codant pour une protéine). On a découvert que cette classe d’ADN se divise en trois catégories principales : les pseudogènes, les éléments de type rétrovirus et les rétrotransposons. Les pseudogènes sont censés être les vestiges de gènes qui ont perdu leur capacité à coder pour des protéines et qui ont acquis des mutations depuis qu’ils ont perdu leur fonctionnalité. Mais des recherches récentes ont trouvé des preuves du caractère fonctionnel des pseudogènes. Selon un article récent paru dans Nature, une équipe de scientifiques du Cold Spring Harbor Laboratory de New York a découvert une fonction des pseudogènes dans la régulation de l’expression des gènes [31].

La deuxième grande catégorie d’ADN non codant pour les protéines contient des morceaux d’ADN mobiles. Il s’agit notamment d’éléments génétiques mobiles de classe I appelés rétrotransposons, qui se déplacent dans le génome en étant transcrits en ARN, puis de nouveau en ADN. Jusqu’à récemment, les rétrotransposons étaient considérés comme des reliques inutiles d’infections virales. Une étude publiée dans la revue Developmental Cell a démontré que cette croyance était fausse. Selon un article du site Eureka :

Des chercheurs ont découvert que l’expression des gènes dans les œufs et les embryons très précoces de souris est activée en partie par des régions d’ADN appelées rétrotransposons, qui pourraient provenir de rétrovirus.
Ces régions, que l’on trouve dans l’ADN de l’homme, de la souris et d’autres mammifères en centaines de milliers de copies, sont appelées rétrotransposons parce qu’elles ont la capacité de se propager et de s’insérer à différents endroits du génome. Les recherches, publiées dans le numéro d’octobre [2004] de la revue Developmental Cell, suggèrent que les rétrotransposons ne sont peut-être pas simplement de l’ADN “poubelle” comme on le pensait auparavant, mais qu’ils semblent plutôt constituer un vaste répertoire de sites de départ pour l’initiation de l’expression génétique. Par conséquent, plus d’un tiers des génomes de la souris et de l’homme, que l’on croyait auparavant non fonctionnels, pourraient jouer un rôle dans la régulation de l’expression génétique et la promotion de la diversité génétique.
Le Dr Barbara B. Knowles et ses collègues du Jackson Laboratory de Bar Harbor, dans le Maine, ont découvert que des types de rétrotransposons distincts sont actifs de manière inattendue dans les œufs de souris, et que d’autres sont activés dans les embryons précoces . . . Les chercheurs pensent que l’expression des rétrotransposons à des stades très précoces pourrait contribuer à la reprogrammation du génome embryonnaire des mammifères, condition préalable à un développement normal [32].

L’un des pionniers dans l’établissement du caractère fonctionnel de l’ “ADN poubelle” , le professeur John Mattick, a récemment affirmé que “l’incapacité à reconnaître les implications de l’ADN non codant restera comme la plus grande erreur de l’histoire de la biologie moléculaire [33]”. Cette prédiction se réalisera très probablement, non seulement en raison de la façon dont le concept d’ “ADN poubelle” a retardé l’étude scientifique du matériel génétique qui ne code pas pour les protéines, mais aussi, et c’est peut-être plus important, en raison de la façon dont le concept d’ “ADN poubelle” inspiré par l’évolution a retardé la compréhension et le traitement médicaux de graves troubles génétiques.

Ces dernières années, les chercheurs médicaux ont identifié de nombreux éléments de l’ “ADN poubelle” qui jouent un rôle clé dans la prévention ou le développement d’une multitude de maladies humaines. Le site Web de l’International Post Genetic Society publie des résumés de dizaines de rapports publiés dans des revues scientifiques et établissant des liens entre les maladies humaines et le matériel génétique non codant pour les protéines. Par exemple, un article sur les facteurs liés à l’ “ADN poubelle” dans le diabète et les maladies cardiaques rapporte que :

Les chasseurs de gènes de Johns Hopkins ont découvert une mutation génétique commune qui augmente le risque d’hériter d’une anomalie congénitale particulière, non pas par la voie habituelle qui consiste à perturber les instructions de fabrication des protéines du gène, mais en modifiant une région régulatrice du gène. Bien que cette affection, appelée maladie de Hirschsprung, soit rare, sa génétique complexe imite celle de maladies plus courantes, comme le diabète et les maladies cardiaques.
“Il s’agit d’une drôle de mutation à un drôle d’endroit” , explique le responsable de l’étude, Aravinda Chakravarti, docteur en médecine, directeur du McKusick-Nathans Institute of Genetic Medicine. “Mais je pense que la majorité des mutations trouvées dans les grandes maladies seront des mutations amusantes dans des endroits amusants.”

“Loin d’être un problème, cette découverte est une bonne nouvelle, affirme-t-il. Les mutations dans la séquence codant pour les protéines ne peuvent pas vraiment être corrigées, mais celles qui se trouvent en dehors des régions codant pour les protéines, nous pouvons peut-être les modifier, elles sont peut-être “réglables” . La protéine devrait être bonne si nous arrivons à faire en sorte que les cellules en fabriquent la bonne quantité” , explique-t-il.

“Notre découverte souligne vraiment le fait que la santé et la maladie peuvent être affectées par toutes les régions d’un gène” , poursuit-il. “Pour des maladies comme le diabète et les maladies cardiaques, tout comme pour la maladie de Hirschsprung, de multiples facteurs héréditaires contribuent à la maladie, et ces facteurs ne vont pas seulement se trouver dans les régions codant pour les protéines [34].”

La foi en l’hypothèse évolutionniste et son concept concomitant d’organes vestigiaux ont retardé la recherche médicale sur la fonctionnalité de l’appendice et des amygdales, contribuant ainsi à des millions d’opérations chirurgicales inutiles, à des dizaines de milliers de décès inutiles et à des centaines de milliers de complications inutiles nécessitant une hospitalisation ou un traitement médical. De la même manière, le concept d’ “ADN poubelle” , inspiré de l’évolution, a incontestablement retardé la compréhension et le traitement d’une multitude de maladies causées par des facteurs autres que les gènes codant pour des protéines. Dans tous ces cas, la croyance que des processus naturels aléatoires sur de longues périodes de temps ont produit des entités biologiques n’ayant rien de plus qu’une fonctionnalité “vestigiale” a conduit à un manque d’intérêt (et de financement) pour l’étude de cette fonctionnalité.

Les êtres humains sont-ils des organismes génétiquement modifiés ?

Malheureusement pour la race humaine, en cette année Darwin, la foi en l’hypothèse évolutionniste représente une menace potentiellement plus extrême que jamais pour le progrès scientifique et médical. La dernière partie de cet article examinera l’effet de l’adhésion à l’hypothèse évolutionniste sur le développement et l’utilisation d’aliments génétiquement modifiés et la terrible menace qui en résulte pour la biodiversité mondiale.
Comme indiqué plus haut, le principe central de l’évolution est que tous les êtres vivants se sont développés à partir de la matière non vivante par des processus naturels sur de longues périodes de temps. L’évolution biologique exige non seulement que les mécanismes de production de l’ARN et de l’ADN se soient développés par des processus naturels dans le domaine de la matière non vivante, mais aussi que de nouvelles informations soient entrées dans les génomes des premiers organismes vivants afin de coder pour le développement de nouveaux organes et systèmes biologiques chez leurs descendants au fil du temps. Le problème de cette exigence est qu’aucune observation dans la nature ou en laboratoire n’en fournit la preuve.

Comme indiqué ailleurs dans ces actes, les généticiens des populations ont passé des décennies à étudier les mécanismes de transfert de l’information génétique d’un organisme vers un autre dans la nature [35]. Ils ont observé et fabriqué des combinaisons d’informations génétiques existantes ; ils ont suscité ou déclenché l’expression d’informations génétiques ; et ils ont observé ou fabriqué des mutations. Mais dans aucun de ces cas, un généticien spécialisé dans l’élevage de plantes ou d’animaux n’a jamais produit le type de nouvelle information génétique qui représenterait une étape sur la voie de la production d’un nouvel organe ou d’un système biologique fonctionnel.
La production et l’utilisation d’aliments génétiquement modifiés ont été défendues au motif que tous les organismes, y compris les êtres humains, ont évolué par des mutations aléatoires et que, par conséquent, un certain nombre de mutations créées par l’homme ne constituent pas une menace pour la survie de la biosphère, puisque l’homme ne fait que “faire de l’évolution” en laboratoire. Depuis Darwin, la foi dans l’hypothèse de l’évolution a conduit à plusieurs reprises à la présomption que telle ou telle entité biologique était “vestigiale” et non fonctionnelle. Ironiquement, aujourd’hui, la foi dans l’hypothèse de l’évolution conduit de nombreux chercheurs à rejeter les inquiétudes concernant le caractère aléatoire des modifications génétiques apportées aux aliments végétaux. En effet, il est logique d’affirmer que si les mutations aléatoires ont produit la splendeur du corps humain, les mutations aléatoires – guidées au moins dans une certaine mesure par l’intelligence humaine – ne devraient pas constituer une menace pour la race humaine ou la biosphère.

Selon le biologiste australien David Tribe, l’existence de gènes et de séquences non codantes identiques chez diverses espèces animales et végétales “prouve” qu’elles ont toutes évolué à partir d’un ancêtre commun. De plus, le fait qu’une partie du matériel génétique du génome humain ait pu être fournie par des virus confirme, pour lui, que la machinerie moléculaire présente dans tous les organismes végétaux et animaux pourrait avoir évolué à partir de virus il y a des centaines de millions d’années. Tribe écrit :

Les humains sont donc des OGM [organismes génétiquement modifiés] naturels à plusieurs reprises, où les modifications génétiques sont intrinsèquement naturelles, faites votre choix [36].

Le Dr Tribe soutient que puisque les humains sont le résultat de mutations génétiques aléatoires et de transferts aléatoires de matériel génétique, le transfert de matériel génétique d’un type d’organisme vers un autre par un agent humain peut difficilement constituer une menace plus importante que les processus évolutifs naturels. La dangereuse folie de ce raisonnement a été soulignée par de nombreux experts qualifiés. Ainsi, un généticien de l’université de Bristol, le Dr Richard Lacey, a témoigné dans un récent procès :

La technologie de l’ADN recombinant est une méthode intrinsèquement risquée pour produire de nouveaux aliments. Ces risques sont en grande partie dus à la complexité et à l’interdépendance des parties d’un système vivant, y compris son ADN. L’insertion de matériel génétique étranger de manière essentiellement aléatoire dans le génome d’un organisme entraîne nécessairement un certain degré de perturbation, et cette perturbation peut être multiforme. De plus, qu’elle soit unique ou à multiples facettes, l’influence perturbatrice pourrait bien entraîner la présence de toxines ou d’allergènes inattendus ou la dégradation de la valeur nutritionnelle. En outre, en raison de la complexité et de l’interactivité des systèmes vivants – et du fait que notre compréhension de ces systèmes est encore très déficiente -, il est impossible de prédire quels problèmes spécifiques pourraient résulter dans le cas d’un organisme génétiquement modifié particulier. (C’est nous qui soulignons en gras.) [37]

Le Dr Lacey souligne à juste titre le danger inhérent à la réorganisation aléatoire de la composition génétique d’un organisme et oppose la modification génétique des plantes alimentaires en laboratoire aux méthodes naturelles de reproduction.

Les mécanismes et les risques de la technologie de l’ADN recombinant sont sensiblement différents de ceux des méthodes naturelles de reproduction. Ces dernières sont généralement fondées sur la reproduction sexuée entre organismes de la même espèce ou d’espèces étroitement apparentées. Normalement, des ensembles entiers de gènes sont appariés de manière ordonnée afin de maintenir une séquence fixe d’informations génétiques. Chaque gène reste sous le contrôle du système de régulation complexe et équilibré de l’organisme. Les substances produites par les gènes sont celles qui existent au sein de l’espèce depuis une longue période de temps biologique. (Dans les cas où l’accouplement se fait entre des espèces étroitement apparentées, il y a généralement une correspondance étroite entre les substances produites par chacune.) En revanche, les biotechniciens prennent des cellules issues d’une reproduction normale et insèrent au hasard un morceau de matériel génétique étranger dans leur génome. Cela perturbe toujours la fonction de la région d’ADN native dans laquelle le matériel s’insère. De plus, les gènes étrangers ne s’exprimeront généralement pas dans leur nouvel environnement sans un gros coup de pouce artificiel, qui est fourni en les fusionnant à des promoteurs provenant de virus ou de bactéries pathogènes. Par conséquent, ces gènes fonctionnent essentiellement comme des agents indépendants, en dehors du système de régulation de l’organisme hôte, ce qui peut entraîner de nombreux déséquilibres délétères [38].

D’autres experts se sont alarmés du fait que les cultures génétiquement modifiées contiennent de l’ADN bactérien qui contient des motifs CpG, susceptibles de stimuler des inflammations, l’arthrite et le lymphome. Des expériences montrent que cet ADN peut traverser le système digestif sans être détruit, pénétrant ainsi dans le sang et les tissus et provoquant des inflammations [39]. Bien que peu d’argent ait été consacré à la recherche sur les effets à long terme des aliments génétiquement modifiés, il existe suffisamment de preuves pour prouver que les OGM ne peuvent être déclarés sans danger pour la consommation animale ou humaine. Une étude commandée par l’Agence autrichienne pour la santé et la sécurité alimentaire est récemment parvenue à la conclusion suivante :

Le maïs génétiquement modifié utilisé comme aliment pour animaux peut, dans des conditions d’essai particulières, avoir une influence sur le taux de reproduction des souris de laboratoire. C’est le résultat d’une étude du professeur Jurgen Zentek (Université vétérinaire de Vienne, Autriche), commandée par l’Agence autrichienne pour la santé et la sécurité alimentaire. Bien qu’il s’agisse d’une étude individuelle dont les résultats ne peuvent pas être directement appliqués à l’homme, elle montre cependant qu’il est nécessaire de mener d’autres études (…) .
L’objectif de l’étude était d’analyser les effets possibles du maïs OGM NK603 X MON810 dans le cadre d’essais d’alimentation à long terme couvrant plusieurs générations de souris. Les résultats ne montrent aucune différence dans la consommation alimentaire et l’évolution du poids des animaux adultes. Bien que dans l’un des modèles d’essai, le nombre de portées et de descendants en élevage continu dans le groupe nourri avec des OGM ait diminué davantage que dans le groupe témoin : dans le groupe d’alimentation OGM, plus de femelles n’avaient pas de portée que dans le groupe témoin…

L’étude montre que les études multi-générationnelles sont effectivement appropriées pour montrer les influences de l’alimentation chez les souris. Des approches similaires doivent analyser si des résultats similaires peuvent être attendus chez d’autres animaux. Selon le professeur Jürgen Zentek, une validation de ces résultats préliminaires par d’autres études est nécessaire de toute urgence [40].

Évolution, OGM et biodiversité

Les adeptes de l’hypothèse évolutionniste croient que de nouveaux types de formes de vie, avec de nouveaux organes et de nouveaux systèmes corporels fonctionnels, évoluent par sélection naturelle de nouvelles informations génétiques produites par des processus naturels aléatoires. Cette croyance est inhérente à la conviction que la biodiversité augmente au fil du temps grâce aux processus évolutifs. En outre, puisque les OGM sont censés être formés par le même type de mécanismes de transfert génétique que ceux qui se produisent dans la nature et qui ont entraîné des changements évolutifs dans le passé, les biologistes évolutionnistes qui défendent les OGM ne reconnaissent pas l’un des aspects les plus dangereux des cultures alimentaires OGM – la menace qu’elles représentent pour la biodiversité.

Étant donné que les cultures alimentaires OGM sont cultivées dans de grandes exploitations qui se concentrent sur la production de grandes quantités d’une ou de deux cultures, elles ont tendance à chasser les petits agriculteurs et à réduire la biodiversité dans les zones où elles sont introduites. Cela se produit de plusieurs façons : premièrement, par l’appropriation de grandes surfaces de terres agricoles pour une seule culture ; deuxièmement, par la perte de la variété des cultures ; et troisièmement, par la contamination des champs voisins par des semences OGM. De plus, dans la nature, la sélection naturelle opère sur une seule plante à la fois. La monoculture d’OGM implique des mutations induites sur des centaines de milliers de plantes en même temps, sans processus naturel de sélection.

Si l’hypothèse de l’évolution était vraie, les généticiens pourraient prévoir l’évolution de nouvelles plantes supérieures. Mais la réalité est tout autre. Les généticiens reconnaissent aujourd’hui que, contrairement aux attentes de l’évolution, les graines des plantes alimentaires utilisées et transmises depuis de nombreuses générations contiennent le plus grand réservoir d’informations génétiques, tandis que les plantes qui ont été sélectionnées intensivement pour des caractéristiques spécifiques, comme les betteraves sucrières, sont en fait beaucoup moins robustes que le réservoir plus ancien à partir duquel elles ont été sélectionnées. La préservation des anciennes variétés de plantes alimentaires devient particulièrement importante pour se défendre contre les maladies des plantes, car les anciennes variétés ont tendance à être plus résistantes contre un large éventail de maladies. En outre, la préservation d’une variété de variétés locales augmente la probabilité qu’une ou plusieurs de ces plantes soient capables de résister à une nouvelle maladie ou à un parasite naturel. D’autre part, la monoculture, y compris la monoculture de cultures alimentaires OGM, constitue une menace sérieuse pour l’approvisionnement alimentaire mondial, car les agriculteurs qui pratiquent la monoculture OGM ne disposent d’aucune réserve génétique végétale au cas où une nouvelle maladie ou un nouveau parasite serait capable de détruire la culture alimentaire OGM.

La foi en la véracité de l’hypothèse de l’évolution fait naître l’espoir que les nouvelles plantes et les nouveaux animaux continueront à atteindre une plus grande complexité génétique grâce à des “mécanismes d’évolution” sans intervention humaine. Mais cela contredit la réalité : la variété et la diversité génétique des organismes de la biosphère sont constamment dégradées au fil du temps par la destruction des habitats et la mauvaise gestion humaine. Ainsi, les arguments évolutionnistes que David Tribe et d’autres biologistes évolutionnistes utilisent pour justifier l’introduction de cultures alimentaires génétiquement modifiées fournissent une justification pseudo-scientifique à une pratique qui menace l’ensemble de la biosphère.

Conclusion

Il est important de reconnaître le dénominateur commun qui traverse tous les exemples cités dans l’histoire des cent cinquante dernières années depuis la publication de l’Origine des espèces de Darwin. Les exemples présentés ici le démontrent en ce qui concerne les prétendus “organes vestigiaux”, l’ “ADN poubelle”, la “récapitulation embryonnaire” et les aliments génétiquement modifiés : la foi en la véracité de l’hypothèse évolutionniste a conduit de manière répétée à la présomption que les organes et les structures biologiques existants sont le produit de processus naturels fonctionnant au hasard – par exemple par le biais de mutations et de transferts d’informations génétiques – et que ces organes ou systèmes biologiques qui n’ont aucune fonction apparente dans un organisme sont superflus et peuvent être retirés ou modifiés sans nuire à l’organisme ou à l’écosystème dont il fait partie. Il a été démontré, cependant, que cette même confiance dans la véracité de l’hypothèse évolutionniste a empêché à plusieurs reprises les scientifiques et les chercheurs médicaux d’étudier vigoureusement les fonctionnalités de ces organes et autres systèmes biologiques, au prix de vies humaines et de souffrances humaines évitables.

À maintes reprises, la foi en la vérité de l’hypothèse évolutionniste a conduit les scientifiques à voir un dysfonctionnement ou une perte de fonction là où il y avait une fonctionnalité, et à imaginer un ordre et une complexité spécifique croissante issus du désordre, alors que les preuves observationnelles et expérimentales pointaient dans la direction opposée. Cette hypothèse de dysfonctionnement dans la nature va à l’encontre de la présomption traditionnelle en faveur de la fonctionnalité, qui a caractérisé la poursuite de la connaissance en médecine et en sciences naturelles dans le développement de la civilisation occidentale. Comme le montre l’exemple des aliments génétiquement modifiés, la communauté scientifique mondiale ne peut plus se permettre d’être enchaînée par les contraintes d’une hypothèse scientifique en faillite dont les hypothèses fondamentales vont à l’encontre de la réalité.

Références

[1] Les recherches expérimentales de Guy Berthault et d’autres sédimentologues ont remis en question les hypothèses sur lesquelles l’échelle des temps géologiques a été établie. Cf. Guy BERTHAULT, “Experiments in Stratification Do Not Support Evolution”, A Scientific Critique of Evolution, Université Sapienza, Rome 2009.

[2] Charles DARWIN, The Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of Favored Races in the Struggle for Life, Penguin, Londres, 1985, p. 429.

[3] Cf. Charles DARWIN, The Descent of Man, deuxième édition, 1874, chapitre 1. http://www.darwin-literature.com/The_Descent_Of_Man/3.html (consulté le 3 octobre 2009).

[4] The World’s Most Famous Court Trial, deuxième réédition, Bryan College, Dayton, Tennessee, 1990, p. 228.

[5] A. PERKEL et M. H. NEEDLEMAN, Biology for All, Barnes and Noble, New York, 1950, p. 129.

[6] Gray’s Anatomy “The Large Intestine”. http://education.yahoo.com/reference/gray/subjects/subject/249 (consulté le 27 décembre 2008).

[7] Henry L. BOCKUSENRY , M.D., Gastroenterology, 2:1134-1148 (chapitre “The Appendix” par Gordon McHardy), W.B. Saunders Company, Philadelphie, Pennsylvanie, 1976.

[8] Frederic H. MARTINI, Ph.D., Fundamentals of Anatomy and Physiology, Prentice Hall, Englewood Cliffs, New Jersey, 1995, p. 916.

[9] British Broadcasting Corporation’s “Science and Nature Home Page”. http://www.bbc.co.uk/science/humanbody/body/factfiles/appendix/appendix.shtml (consulté le 12-05-08).

[10] Weston A. PRICE, DDS, Nutrition and Physical Degeneration, Price-Pottenger Nutrition Foundation, page 91.

[11] Dennis P. BURKITT, “The Aetiology of Appendicitis”, British Journal of Surgery, décembre 2005.

[12] http://www.answers.com/topic/tonsillectomy (consulté le 16/12/2008).

[13] Time magazine, “Tonsils & Bulbar Polio”, lundi 12 avril 1954.

[14] M. Z. KHARODAWALA, “The Modern Tonsillectomy”, 2005, http://www.utmb.edu/otoref/grnds/Tonsillectomy-2005-0427/Tonsillectomy-050427.htm (consulté le 3-10-09).

[15] J. D. RATCLIFF, Your Body and How it Works, Delacorte, New York, 1975, p. 137.

[16] Aux États-Unis, “environ une amygdalectomie sur 15 000 se termine par un décès, soit à cause de l’anesthésie, soit à cause d’une hémorragie cinq à sept jours après l’opération”, http://www.surgeryencyclopedia.com/St-Wr/Tonsillectomy.html (consulté le 28/12/08).

[17] Une étude récente sur les complications des amygdalectomies en Angleterre et en Écosse a révélé un taux de 2 à 5 % en 2000-2001. http://www.entuk.org/audits/reporttonsillectomysurvey_pdf (consulté le 12-06-08).

[18] Dr Amelia DRAKE, ” Tonsillectomy “, http://emedicine.medscape.com/article/872119-overview (consulté le 3-10-09).

[19] B. Van STAAJI, E. H. Van Den AKKER, M. M. ROVERS, G. J. HORDIJK, A. W. HOES et A. G. M. SCHILDER, “Effectiveness of adenotonsillectomy in children with mild symptoms of throat infections or adenotonsillar hypertrophy: open, randomised controlled trial”. British Medical Journal. 2004;329:651 (18 septembre), doi:10.1136/bmj.38210.827917.7C (publié le 10 septembre 2004). http://www.bmj.com/cgi/content/full/329/7467/651?view=long&pmid=15361407 (consulté le 3-10-09).

[20] Raymond SILKMAN, DDS, “Is it Mental or is it Dental? Cranial & Dental Impacts on Total Health”, http://www.westonaprice.org/healthissues/facial-development.html (consulté le 3-08-09).

[21] Cf. Michael K. RICHARDSON et al. Anatomy and Embryology, “There is no highly conserved stage in the vertebrates ; implications for current theories of evolution and development”, Vol. 196, No. 2, Springer Verlag, Heidelberg, Allemagne, 1997, pp. 91-106.

[22] Jane OPPENHEIMER, Essays in the History of Embryology and Biology, MIT Press, 1967, p. 154.

[23] Gavin De BEER, Embryons et ancêtres, troisième édition, Clarendon Press, Oxford, 1958, p. 172.

[24] Peter H. RAVEN et George B. JOHNSON, Biology, 6e édition, McGraw Hill, 2002, p. 1229.

[25] Gavin De BEER, cité dans “Homology: A Theory in Crisis”, Jonathan WELLS et PAUL Nelson. http://www.arn.org/docs/odesign/od182/hobi182.htm (consulté le 3-08-09).

[26] Alfred HAUSSLER, The Betrayal of the Theologians, Human Life International, 1982, p. 2.

[27] Cf. “So Much ‘Junk DNA’ in our Genome”, Brookhaven Symposium on Biology 23 : 366-370.

[28] Richard DAWKINS, The Selfish Gene, Oxford University Press, New York, 1976, p. 47.

[29] L. E. ORGEL, F. H. CRICK. 1980. L’ADN égoïste : le parasite ultime. Nature 284 : 604-607.
W. F. DOOLITTLE, C. SAPIENZA. Selfish genes, the phenotype paradigm and genome evolution. Nature 284 : 601-603.

[30] Stanford Encyclopedia of Philosophy, “The Human Genome Project”. http://plato.stanford.edu/entries/human-genome/ (consulté le 3-08-09).

[31] O. H. TAM, A. A. ARAVIN, P. STEIN, A. GIRARD, E. P. MURCHISON, S. CHELOUFI, E. HODGES, M. ANGER, R. SACHIDANANDAM, R. M. SCHULTZ, G. J. HANNON, Pseudogene-derived small interfering RNAs regulate gene expression in mouse oocytes. Nature. 22 mai 2008 ; 453(7194):534-8. Epub 10 avril 2008.

[32] Anne E. PEASTON, Alexi V. EVSIKOV, Joel H. GRABER, Wilhelmine N. De VRIES, Andrea E. HOLBROOK, Davor SOLTER et Barbara B. KNOWLES : “Retrotransposons Regulate Host Genes in Mouse Oocytes and Preimplantation Embryos”, Developmental Cell, Volume 7, N° 4, octobre 2004, pages 597-606. http://www.eurekalert.org/pub_releases/2004-10/cp-dm100604.php.

[33] “Genius of Junk (DNA)”, Catalyst, 10 juillet 2003. http://www.abc.net.au/catalyst/stories/s898887.htm (consulté le 3-10-09).

[34] “Diabète et maladies cardiaques”, site Internet Post Genetic Diseases. http://www.junkdna.com/junkdna_diseases.html#details_of_list (consulté le 3-08-09).

[35] Cf. Maciej GERTYCH, “Race Formation and Mutations Do Not Constitute Steps in Evolution”, A Scientific Critique of Evolution (Rome : Sapienza University, 2009).

[36] David TRIBE, “Natural GMOS Part 18”, 4 mai 2006. http://gmopundit.blogspot.com/2006/05/natural-gmos-part-18-happy-birthday.html (consulté le 3-08-09).

[37] Déclaration du Dr Richard LACEY, M.D., Ph.D. Cour de district du district de Colombie, États-Unis, Alliance for Bio-Integrity, et al. Plaintiffs, v. Donna Shalala, et al. Prévenus. Action civile n° 98-1300 (CKK).

[38] Ibid.

[39] Cf. Joe CUMMINS, “The Fate of Food Genes and the DNA CpG Motif and Its Impact”, Symposium de toxicologie, Université de Guelph, 3 mars 2001.

[40] L’Agence autrichienne pour la santé et la sécurité alimentaire, 11 novembre 2008. “Une étude autrichienne montre que le maïs génétiquement modifié affecte négativement la santé reproductive des souris”.

Source : https://www.kolbecenter.org/negative-impact-of-evolutionary-hypothesis-on-scientific-research/

Article original en anglais publié le 4 février 2010.


A propos de l’auteur

Hugh Owen est le fils converti de Sir David Owen, ancien secrétaire général adjoint des Nations unies et secrétaire général de la Fédération internationale pour le planning familial. Il a fréquenté l’université de Princeton où, à l’âge de 18 ans, il a été baptisé, confirmé et a fait sa première communion dans la chapelle de l’université de Princeton lors de la veillée pascale de 1972. Maria, son épouse faisait partie de la première promotion de femmes à Princeton. Elle et Hugh se sont mariés en 1973. Hugh Owen a obtenu une licence d’histoire avec mention de l’université de New York et un master en éducation, supervision et administration, du Bank Street College of Education de New York. Il a également obtenu une licence permanente pour être directeur ou surintendant d’école dans l’État de New York. Entre 1977 et 1991, Hugh Owen a travaillé comme enseignant et administrateur de plusieurs écoles indépendantes et a été évaluateur d’écoles pour la Middle States Association et membre du comité exécutif de la New Jersey Association of Independent Schools. Au cours des 25 dernières années, Hugh Owen a consacré sa vie au service de l’Église catholique en tant qu’écrivain, éditeur, enseignant et conférencier. Il a écrit de nombreux livres et articles sur des sujets chrétiens et séculiers. Ses livres et articles ont été publiés par la Catholic Distance University, Human Life International, Seton Home School, The Apostolate for Family Consecration, The Social Justice Review, The Fellowship of Catholic Scholars Journal of Canada, 1 Peter 5, LifeSiteNews, et de nombreux autres sites web et publications. Pendant treize ans, Hugh Owen a été responsable de l’éducation religieuse pour la paroisse St John Bosco dans le diocèse d’Arlington, en Virginie. Depuis vingt-trois ans, il est le fondateur et le directeur du Kolbe Center for the Study of Creation à Mt. Jackson, en Virginie, et a récemment été nommé membre de la toute nouvelle Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille. Hugh et Maria Owen ont neuf enfants et vingt petits-enfants.