Catégorie : Genèse

La clé est dans la Genèse

24 mars 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Création et cosmologie du Big Bang – par William Lane Craig

De récentes discussions ont soulevé la question des implications métaphysiques de la cosmologie standard du Big Bang. L’argument de Grünbaum selon lequel le principe de causalité ne peut être appliqué à l’origine de l’univers repose sur un pseudo-dilemme, puisque la cause ne pourrait agir ni avant ni après t=0, mais à t=0. Le plaidoyer de Lévy-Leblond en faveur d’une modification de la métrique du temps cosmique en vue de repousser la singularité à -ꝏ implique diverses difficultés conceptuelles et est de toute façon vain, puisque le commencement de l’univers n’est pas éliminé. L’aversion de Maddox pour les implications métaphysiques possibles du modèle standard témoigne d’un scientisme étroit. La cosmogénèse standard du Big Bang semble donc avoir ces implications métaphysiques que certains ont trouvées si dérangeantes.

16 février 2020 2 Par Bible & Science Diffusion

Pourquoi une Terre jeune est nécessaire pour une saine théodicée : le problème de la mort et du mal dans le monde

L’absurdité des « souffrances de millions d’animaux inférieurs au cours d’âges presque sans fin » (selon l’expression de Darwin) et de leur mort subséquente n’est pas seulement le propre de la théorie de l’évolution, mais constitue une difficulté insurmontable au regard de la révélation biblique pour également tout modèle de création qui postule de longues ères géologiques et accepte la chronologie enseignée par la science moderne, en faisant émerger l’homme des millions d’années après la mort d’autres êtres vivants.

11 février 2020 Non Par Bible & Science Diffusion

Y a-t-il un lien entre le naturalisme philosophique et l’âge de la terre ?

Le contrôle du naturalisme sur la science remonte bien au-delà de Darwin : il a pour origine les théories de la Terre âgée et du vieil univers, à l’aube des XVIIIe et XIXe siècles, voire même les écrits de Galilée et de Francis Bacon (dont les diktats à propos de l’Ecriture et de la science servaient souvent de références aux géologues du début du XIXe siècle). Ce sont eux qui ont enfoncé le premier coin entre l’Ecriture et la science.