Étiquette : darwinisme

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 10 de l’évolution : le néodarwinisme a une longue histoire de prédictions darwiniennes inexactes sur les organes vestigiaux et l'”ADN poubelle”.

Pendant des décennies, les évolutionnistes ont affirmé que nos corps et nos génomes sont remplis de parties et de matériel génétique inutiles – des organes “vestigiaux” – qui montrent que la vie est le résultat d’une évolution non guidée se produisant sur des temps immémoriaux.

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 4 pour l’évolution : la sélection naturelle peine à fixer des caractéristiques avantageuses dans les populations.

Les mutations ne peuvent pas générer de nombreuses caractéristiques complexes dans les organismes vivants sur des échelles de temps évolutives raisonnables. Mais les mutations ne sont qu’une partie du mécanisme évolutif conventionnel – il y a aussi la sélection naturelle. Et non seulement l’évolution darwinienne ne parvient pas à expliquer l'”arrivée du plus fort” par des mutations, mais de plus elle a souvent du mal à expliquer la “survie du plus fort” par la sélection naturelle.

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 2 pour l’évolution : les processus chimiques non guidés ne peuvent pas expliquer l’origine du code génétique.

Les théoriciens modernes de l’origine de la vie ont-ils expliqué comment ce pont crucial entre les produits chimiques inertes non vivants et les systèmes moléculaires autoreproducteurs s’est fait ? La principale hypothèse concernant l’origine de la première vie s’appelle le “monde à ARN”. Mais cette hypothèse pose de nombreux problèmes.

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 9 : le néodarwinisme peine à expliquer la répartition biogéographique de nombreuses espèces.

L’on prétend souvent que la biogéographie appuie fortement la théorie néodarwinienne. Par exemple, le National Center for Science Education (NCSE), un lobby prodarwininien, affirme que “la cohérence entre les modèles biogéographiques et évolutifs constitue des preuves importantes au sujet de la continuité des processus qui conduisent à l’évolution et à la diversification de toutes les formes de vie” et que “cette continuité est ce que l’on attend d’un modèle d’ascendance commune.” Cependant, le NCSE exagère considérablement son propos et met de côté les nombreux cas où la biogéographie ne montre pas le type de “continuité” que l’on pourrait attendre d’un modèle d’ascendance commune.

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 3 pour l’évolution : les mutations aléatoires ne peuvent pas générer l’information génétique nécessaire à des structures irréductibles et complexes.

Selon les biologistes évolutionnistes, une fois que la vie a débuté, l’évolution darwinienne a pris le relais et a finalement produit la grande diversité que nous observons aujourd’hui. Selon la vision conventionnelle, un processus de mutations aléatoires couplées à la sélection naturelle a construit la vaste complexité de la vie, en procédant par petites étapes mutationnelles incrémentales. Bien entendu, l’on pense que toutes les caractéristiques complexes de la vie sont codées dans l’ADN des organismes vivants. La construction de nouvelles caractéristiques nécessite donc de générer de nouvelles informations dans le code génétique de l’ADN. Les informations nécessaires peuvent-elles être générées de manière non dirigée et progressive comme le requiert la théorie de Darwin ?

16 février 2020 2 Par Bible & Science Diffusion

Pourquoi une Terre jeune est nécessaire pour une saine théodicée : le problème de la mort et du mal dans le monde

L’absurdité des « souffrances de millions d’animaux inférieurs au cours d’âges presque sans fin » (selon l’expression de Darwin) et de leur mort subséquente n’est pas seulement le propre de la théorie de l’évolution, mais constitue une difficulté insurmontable au regard de la révélation biblique pour également tout modèle de création qui postule de longues ères géologiques et accepte la chronologie enseignée par la science moderne, en faisant émerger l’homme des millions d’années après la mort d’autres êtres vivants.

11 février 2020 Non Par Bible & Science Diffusion

Y a-t-il un lien entre le naturalisme philosophique et l’âge de la terre ?

Le contrôle du naturalisme sur la science remonte bien au-delà de Darwin : il a pour origine les théories de la Terre âgée et du vieil univers, à l’aube des XVIIIe et XIXe siècles, voire même les écrits de Galilée et de Francis Bacon (dont les diktats à propos de l’Ecriture et de la science servaient souvent de références aux géologues du début du XIXe siècle). Ce sont eux qui ont enfoncé le premier coin entre l’Ecriture et la science.

1 février 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Réfutation du darwinisme : arguments mathématiques

Les variations ou mutations des espèces sont le fruit du pur hasard selon Darwin. Comme le résume parfaitement Denton (1985) : « Il n’y a que deux façons de justifier l’idée que le hasard est l’auteur du projet biologique : calculer la probabilité de découvrir par chance des systèmes organiques fonctionnels, ou tester l’efficacité créatrice de la recherche aléatoire sur des systèmes en tout point analogues aux organismes. »

26 novembre 2019 0 Par Bible & Science Diffusion

Un journaliste britannique à succès, athée gay, confirme la toxicité du darwinisme pour la foi chrétienne.

Il est contre-intuitif qu’un homosexuel et un athée soient d’accord avec les chrétiens conservateurs sur des questions liées aux origines. Pourtant, l’auteur à succès Douglas Murray l’est dans une mesure surprenante. Bien sûr, d’autres athées ont été francs sur le fait que Dieu et l’évolution sont incompatibles, mais ils l’ont généralement été avec un état d’esprit condescendant et triomphaliste. Ce n’est pas le cas de Murray.

16 juin 2014 Non Par Bible & Science Diffusion

D'éminents scientifiques réfutent l'évolution, deuxième partie

En 2011, 29 scientifiques de premier plan partisans du dessein intelligent ont tenu un colloque sur l’information biologique au cours duquel ils ont effectué une comparaison entre l’explication darwinienne conventionnelle des origines et les nouvelles découvertes extraordinaires concernant les langages biologiques. Le deuxième thème majeur parmi les présentations du groupe concernait les “difficultés pour créer des informations biologiques”. En substance, ils ont essayé de reproduire artificiellement certains aspects de la création de l’information. Qu’ont-ils découvert ?

12 avril 2012 Non Par Bible & Science Diffusion

L’évolution : une théorie invalidée par les faits – version longue

Ce présent article a pour objet l’examen de la validité de ce qui a été avancé par deux scientifiques chrétiens comme étant des preuves, acceptées de façon consensuelle par la communauté scientifique internationale, de la théorie synthétique moderne de l’évolution, encore appelée le néodarwinisme. Il ne prétend aucunement fournir une réfutation exhaustive et systématique de l’évolution, mais se contente de s’arrêter sur les arguments mentionnés dans De la genèse au génome.