Catégorie : Origine de la vie

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 4 pour l’évolution : la sélection naturelle peine à fixer des caractéristiques avantageuses dans les populations.

Les mutations ne peuvent pas générer de nombreuses caractéristiques complexes dans les organismes vivants sur des échelles de temps évolutives raisonnables. Mais les mutations ne sont qu’une partie du mécanisme évolutif conventionnel – il y a aussi la sélection naturelle. Et non seulement l’évolution darwinienne ne parvient pas à expliquer l'”arrivée du plus fort” par des mutations, mais de plus elle a souvent du mal à expliquer la “survie du plus fort” par la sélection naturelle.

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Les dix principaux problèmes scientifiques liés à l’évolution biologique et chimique

Il semble que presque quotidiennement nous trouvons les médias qui citent des scientifiques évolutionnistes déclarant que les récits matérialistes de l’évolution biologique et chimique sont des “faits”. Les étudiants qui suivent des cours de préparation à l’université ou des cours de niveau universitaire sur l’évolution sont avertis que le fait de douter du darwinisme équivaut à commettre un suicide intellectuel – autant proclamer que la Terre est plate.

23 juillet 2020 0 Par Bible & Science Diffusion

Problème n° 3 pour l’évolution : les mutations aléatoires ne peuvent pas générer l’information génétique nécessaire à des structures irréductibles et complexes.

Selon les biologistes évolutionnistes, une fois que la vie a débuté, l’évolution darwinienne a pris le relais et a finalement produit la grande diversité que nous observons aujourd’hui. Selon la vision conventionnelle, un processus de mutations aléatoires couplées à la sélection naturelle a construit la vaste complexité de la vie, en procédant par petites étapes mutationnelles incrémentales. Bien entendu, l’on pense que toutes les caractéristiques complexes de la vie sont codées dans l’ADN des organismes vivants. La construction de nouvelles caractéristiques nécessite donc de générer de nouvelles informations dans le code génétique de l’ADN. Les informations nécessaires peuvent-elles être générées de manière non dirigée et progressive comme le requiert la théorie de Darwin ?